Premières et innovations médicales

En janvier 2016, le CHUM innovait en réalisant la première greffe rénale en Amérique du Nord entre personnes porteuses du virus du VIH. Même si la transplantation est en soi une prouesse médicale, ce n’est pas tant l’aspect médical qui a marqué l’imaginaire, mais bien cette volonté commune de changer les choses pour le mieux-être des patients. Nous vous invitons à lire cette nouvelle ainsi que d’autres exemples d’innovations, toutes catégories confondues, qui ont marqué notre centre hospitalier universitaire durant l’exercice 2015-2016

Première greffe rénale en Amérique du Nord entre personnes séropositives

En dialyse depuis trois ans, M. Denis Cormier explique que cette greffe a carrément changé sa vie. «Avant, je passais 15 heures par semaine à l’hôpital. Je me sens comme à 30 ans!», affirme-t-il.

La téléthrombolyse, mission accomplie

Donner accès à distance à l’expertise ultraspécialisée du CHUM dans un contexte où le délai d’intervention est crucial! À chaque heure, au Québec, une personne subit un accident vasculaire cérébral (AVC).
Il est démontré que la thrombolyse (dissolution du caillot par médicament) permet de limiter les effets néfastes d’un AVC ischémique* sur la santé si elle est effectuée dans les délais requis, soit moins de 4,5 heures.

Leadership international en chirurgie thoracique

Recruté à Harvard en 2009 et de retour à Montréal d’où il est originaire, le Dr Moishe Liberman est expert en chirurgie des voies respiratoires, en chirurgie thoracique minimalement invasive, en interventions sur les bronches et l’œsophage ainsi qu’en extraction de tumeurs bénignes et malignes.

Santé urbaine: des équipes du CHUM dans la rue

Les programmes de réaffiliation en itinérance et en santé mentale (PRISM) et de suivi intensif ont été consolidés en juillet 2015 grâce à l’obtention d’un financement récurrent du ministère de la Santé et des Services sociaux. Nés d’une alliance entre un refuge – la Mission Old Brewery – et le Département de psychiatrie du CHUM, ces programmes affichent un taux de réussite spectaculaire de 70%.

Photo: Monique Dykstra